Loading. Please wait...

FootAfrikTalent: Lorsque les Tic sauvent le Foot africain

Depuis le 04 juillet 2016 la blogosphère africaine est en alerte. Les amoureux de football résidents en Afrique ne pouvaient pas en espérer mieux. Alors, lorsque les TIC aident le foot africain à se développer, ça donne : FootAfrikTalent.

#FootAfrikTalent est une initiative de Yves Sawadogo, ancien footballer africain d’origine Burkinabé. Cet agent de joueur reconnu par la FIFA est déjà annoncé comme un pionnier du football africain; la preuve, il est le promoteur de la nuit du football africain et prépare actuellement la 4e édition.

 

Foot Afrik Talent #FAT

Yves Sawadogo

crédit photo: africatopsports.com

 

Mais qu’est ce que FootAfrikTalent ou encore FAT ?

FAT est la solution numérique venue à la rescousse du football africain. En effet, longtemps handicapé de son incapacité de mise en relation, les dirigeants africains se sont lancé dans le favoritisme plutôt que dans la promotion des véritables talents africains. Cela se voit d’ailleurs dans les compétitions internationaux où à part les individualismes, nos équipes nationales sont quasiment inexistantes.

www.footafriktalent.com est alors un site web interactif et révolutionnaire, utilisé comme un « pont virtuel » mettant en relation  les deux principaux protagonistes du monde de football: les joueurs et les managers de club.

 

Comment cela va se passer ? 

D’abord il faut noter que la plateforme de football africain s’adresse pour nous répéter aux Joueurs et aux Recruteurs.

Il s’agira pour les JOUEURS professionnels de football, d’origine africaine, de poster sur le site leur photos et vidéos (en pleine action), afin de pouvoir se faire repérer, voir recruter par des clubs de football dans le monde entier. Le joueur intéressé paiera alors un abonnement annuel de 150.000 FCFA pour avoir accès à la plate-forme et poster ainsi des vidéos qui seront visibles par les clubs intéressés. Les joueurs pourront « liker » les photos et vidéos d’autres joueurs, et partager leurs vidéos sur la plate-forme.

Quant aux RECRUTEURS, le montant pour acquérir les adresses d’un talent convoité n’a pas été dévoilé; tout compte fait, ces derniers devront adresser une demande aux responsables de FootAfrikTalent qui, après investigations sur leurs crédibilités, leur attribueront le cas échéant, quitus pour faire le choix de la perle rare qui pourrait bien devenir le remplaçant d’un certain Didier Drogba.

Doit on faire confiance à FAT ? 

Dans un souci de bonne gestion, les dirigeants de FootAfrikTalent ont confié la gestion de la base de donnée de FAT à FOOT MEDIA EVENTS qui se chargera de mener les discutions avec les clubs intéressés par les profils, de transmettre les contacts des joueurs, et même de gérer les aspects de transferts (montant, modalité de paiement …)

A côté de cela, plusieurs clubs européens et africains ont déjà signé avec FAT, d’où une crédibilité tacite à leur endroit.

Mon point de vue … après sondage en ligne

Vous vous demandez si j’ai ce droit, rzp (Rire Zouka Pisser). Oui j’en ai le droit ! Parce que tant que t’as pas goûté tu ne peux pas savoir. Une semaine après son lancement, FAT se comporte bien. Les retours sont positifs. Le buzz est parfait et tout les jeunes africains voient véritablement une réelle opportunité dans cette plateforme qui vient révolutionner le comportement des transferts et ventes de joueurs africains.

Le premier bémol: l’abonnement annuel trop élevé.

Il est à noter que tous les professionnels ne sont pas nantis. Aussi on peut être pro parce qu’on a une licence professionnel. Il n y a donc pas d’âge pour être pro. On peut l’être dès qu’on peut taper dans un ballon et surtout dès qu’on se voit signer un partenariat ou un contrat.

En même temps, je dirai aux amis footballer de se priver de la dernière paire de magre de Samuel Etoo et de mettre l’accent sur l’essentiel, c’est à dire, FootAfrikTalent.  Pour récolter, il faut semer.

Deuxième bémol: l’accès à internet

En Afrique, l’accès à internet reste encore  très difficile. Dans certaines zones géographiques du continent, pourtant regorgeant de vrais talents, on ne se soucie pas d’internet mais plutôt que du « manger »; pas parce que les populations ne veulent pas ! mais seulement, parce que internet  ne fait pas parti de leurs priorités.

Troisième bémol: Le mode de paiement

Certains pays africains, même avec l’avènement du mobile money restent encore tributaires de ces pratiques parfois jugées trop compliquées voire inaccessibles.

Il faut reconnaître qu’il est assez tôt pour juger ce service. C’est pourquoi, quoi qu’on poura dire, FootAfrikTalent est innovant et comme le sait-on, l’innovation en Afrique commence avec les #TIC qui se positionnent encore une fois comme des outils qui donnent espoir à qui les utilisent à bon escient.

#FAT #LAfriqueADuTalent #FootAfrikTalent #ICT4HOPE

Othniel Z.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

show main info details details Like

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts