Loading. Please wait...

Culture: « Eko Dribblé » , le nouveau concept de Kofi Olomidé

 

 

« L’affaire Kofi Olomidé » a fais jaser sur les réseaux sociaux. Chacun avait un point de vue plus ou moins partisan compte tenu de son affinité à l’artiste ou pas, ou encore de sa vision des choses. Sans trop attendre, la notion de patriotisme a commencé à prendre le pas sur celle qui devrait prévaloir, c’est à dire, celle du droit.

Après avoir lu, regardé et écouter tout ce qui se disait sur « l’affaire Kofi Olomidé », voici mes analyses et mon  point de vue qui s’apparente à un « droit de réponse ».

 

1°/ Vous dites que Kofi Olomide est descendu de la scène parcequ’il a vu des camera.
Que stipulait le contrat ?
Votre réponse = << Article 11: L’organisateur aura le droit d’utiliser le nom et l’image de l’artiste pour promouvoir l’événement. … (autre article non cité) Le contrat de devra pas être utilisé pour des fins de merchandising … >>

        Notre analyse 1°): Pour des profanes et je le répète, cet argumentaire qui frise la juridicité (oui je me le permet) semble être juste jusqu’à fourniture des preuves formelles de la part des promoteurs.
On ne voit nullement Le sieur Akou essayer de montrer les éléments du contrat à la camera; il aurait encore pu faire des captures comme le font les autres média lors des procès pour montrer la véracité des contrats qu’ils brandissent pour preuve lors d’un litige de ce genre. (On se souvient tous de l’affaire Michael Jackson contre leur Médecin, qui a donné de fortes doses de … et on a pu lire les texte authentiques sur les écrans de télévision, en l’occurrence FRANCE 24 …) Bon bref, déjà moi je doute de ce contrat que le Sieur Akou nous lit (jusqu’à conformité avec celui que Kofi Olomide a en sa possession).

       Notre analyse 2°): Quant à l’utilisation du NOM et de l’IMAGE de l’artiste pour PROMOUVOIR l’événement.
Si cette clause est vérifiée, nous pouvons vous applaudir ! Mais ne vous en réjouissez pas si vite très chers ! Parce que, c’est quoi faire une PROMOTION d’un événement ?
Chers amis, ne vous laissez pas berner par quiconque avec des jeux de mot.
« Qu’il s’agisse d’une manifestation sportive, d’un festival, d’un salon professionnel… les organisateurs doivent tous aller à la rencontre de leur public. Pour cela, il leur faut communiquer!
Cette étape nécessite une bonne préparation. » Si vous avez compris ce qu’il y a entre griffe plus haut, vous comprendrez que les étapes de la promotion concernent toutes les activités (publicitaire et autres) qu’un promoteur peut faire pour pousser son public, si non, ses clients potentiels à acheter son produit.
En l’espèce, il sagit d’un Public qui devra accepter, si non, épouser les promotions, les campagnes publicitaires du promoteur, en vue de participer le jour-j au festival dont il est question ici.
C’est ce qu’ont fait les Promoteurs avant le festival, si non le concert de Kofi Olomide , par les média (radio, tv, presse écrite …) Bouches à oreilles, réseaux sociaux, stickers …. Et tout ça dans le but de pousser le public ivoirien à venir au concert le jour-j ( ET avec l’image de Kofi Olomide.) = CONTRAT RESPECTE.

Ce que nous devons comprendre très chers amis, ce n’est pas ce qu’on veut nous faire croire ! Mais c’est bel et bien le sens du mot « Promotion ». La promotion a pour but ici si on veut comprendre ce que le Sieur AKOU dit, ( oui parcequ’il se contredit), de faire la publicité pour d’autres événement à venir, pour montrer un peu aux potentiels nouveau public lors des événements à venir, que le précédent était une réussite … c’est vrai qu’il veut se rattraper en parlant d’archive propre … Mais ce n’est pas cela Faire la promotion d’un événement ! Je suis désolé. FAIRE DE LA PROMOTION C’EST: inciter des personnes par présentation d’un article à passer à l’étape finale qui n’est rien d’autre que l’achat dudit produit.

Les clauses d’un contrat ne sauraient s’appliquer pour d’autres éventuels contrats à venir qui n’auraient, le cas échéant, aucun rapport avec le précédent. Je ne sais s’il sagit d’un contrat Sui generis ou d’un contrat de Suite; mais en tout état de cause, le Sieur AKOU ne le stipule nulle part.
Si ce n’est pas le cas, sa validité prend fin avec la fin de la prestation de Kofi Olomide je jour du concert.

Quid des échanges par mail et des négociations qu’il y a eu entre le Sieur Rommy Romeo (le Représentant) et l’artiste Kofi Olomide ?

Et oui, il faut en parler ! Parce que l’artiste en question nous a montré (sur RTI Côte d’Ivoire) un mail envoyé par le Représentant disant qu’ils (Promoteurs) ne s’auront honorer les engagements de 12000 $ quant à la proposition de CAPTATION du spectacle. Et que dans ce cas, ils opteront pour la NON CAPTATION dudit concert lors de la prestation de l’artiste. Ce qui veut dire que les promoteurs pouvaient filmer AVANT et APRES la prestation de l’artiste et même s’ils le faisaient PENDANT, l’artiste ne devrait nullement pas apparaître sur les écrans des cameras ou projecteurs présents ce jour. Et ce, selon la proposition de 12000 $ déclinée par le staff de l’organisation du festival, représenté par le Sieur Rommy Romeo ; ce qui empêche, et ce sur toutes les formes, la prise de vue (image) de l’artiste pendant sa prestation. = NON RESPECT DU CONTRAT.

NB: il sagissait seulement d’utilisation de l’image pour promouvoir l’événement , cet ÉVÉNEMENT et pas un autre.

NB: il faut noter que ces types de contrat de promoteur à artiste sont pour la plus part CONSENSUELS ou de Gré à Gré … même s’ils doivent se conformer comme on le sait, à la norme des normes, à la loi fondamentale. (Merci Me Martin Bleou) émoticône grin

Un contrat s’applique dans son entièreté et de manière stricto sensu; la non application d’une des parties constituant clause du contrat entraîne dissolution de celui-ci et aussi et surtout RÉPARATION du préjudice subi à l’égard de celui par qui la faute a été commise (Article 1382 et suivants du Code Civil) (Merci Me Assi Esso Anne Marie) émoticône grin

2°/ Le contrat ne devra pas être utilisé à des fins de Merchandising.

Mais encore à ce niveau, nous en tout cas on voit déjà les images du concert partout sur les réseaux sociaux et internet en général. Je ne vais pas citer des maisons qui l’ont retransmis (même en différé, est ce qu’elles avaient le droit d’avoir les images ?)

Kofi Olomide étant professionnel l’a vite aperçu !
Lorsqu’il est monté sur scène et avant il prévient M. Ouattara, un autre membre influent du staff du festival, si non, le big Boss, qu’il auraient des cameras plein sur et autour du podium; ce dernier ne fit pas de retour satisfaisant.

L’artiste a un contrat et il le sait, il a accusé un retard, et il le sait, il monte sur le podium pour satisfaire son public, et les premiers mots qu’il dit, que je vais appeler les mots du dernier avertissement, sont à l’endroit de M. Ouattara et je cite : OUATTARA, ON ME FILME.
Oui les grues de camera et tous les différents média présents, ne pouvaient pas seulement être dédié à retransmettre les images sur les écrans géants pour permettre à tout le public de bien voir la scène (et si c’était le cas, il fallait une autorisation).
Si vous relisez la video de AbidjanShow si je ne me trompe, i l y a une femme qui atteste qu’elle a aussi entendu ces phrases de la part de Kofi Olomide.
Cet énième avertissement et rappel à l’ordre n’a pas émoustillé les organisateurs pour s’approcher dudit artiste pour renégocier illico le contrat (qui je pense était déjà violé) afin de satisfaire ce jour plus de 6000 personnes venues écouter le fameux #Ekotiké .
Le professionnalisme de l’artiste le pousse à chanter jusqu’à trois (03) chansons au public qui en redemandait déjà.
Mais voyant qu’après une trentaine de minutes ou une quarantaine, exténué, Kofi Olomide descend de scène se dirige vers sa loge, appelle la sécurité et arrête de chanter.

      A T IL RAISON ?

Nous ne pouvons que répondre que OUI MESSIEURS, OUI MES DAMES le Sieur Kofi a raison ! C’est vrai qu’on parle de respect du public et autres mais n’oublions pas qu’il ne s’agit pas ici de COMPLAISANCE encore moins de SENTIMENTALISME à l’égard de quiconque ! Mais bel et bien de BUSINESS, de GAGNE PAIN, de PROFESSIONNALISME et je dirai de DROIT ! Parce que, pour qui veut l’entendre, Ce n’est pas le public qui payer les factures après chez Kofi Olomidé.
Selon moi la contrepartie a été largement respectée par cet artiste qui n’en demandait pas trop si ce n’est le respect des clauses du contrat qui se sont (les partis) engagés à respecter par l’apposition de leurs sceaux.

Nous sommes profondément meurtri et avons vraiment honte de ce que nos frères du showbiz ivoirien puisse être jusqu’à ce point non professionnels.

 

Festival Abidjan by night 2

Festival Abidjan by night 2

 

3°/ Monsieur Kofi Olomidé avait il le droit de quitter le territoire ivoirien ?

La justice n’en a pas décidé le contraire et pour besoin de défense puisqu’une action en justice a été entamée par les deux protagonistes, l’artiste a le droit d’aller préparer sa défense et aussi et surtout se mettre en sécurité parce que, rappélons le, si la Police et la sécurité n’avait pas intervenu, je vous dis que actuellement où j’écris cet « droit de réponse » (lol je prend des ailes) il serait « 4 roues sous terre ».

Nous louons le sens du professionnalisme de l’artiste qu i a tout de suite voulu présenter ses excuses au public (qui devrait être maintenant averti sur le genre de promoteurs que nous avons ici) et aussi et surtout qui promet un concert rattrapage dans le mois de Février à Abidjan.

B.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

show main info details details Like

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts